Fleet | Blog - Le jour où j'ai cassé mon ordi pro

Le jour où j'ai cassé mon ordi pro

L'auteur

Alexandre

Co-founder @fleet

Publié le 05 Avril 2019

Il y a 6 mois environ, je travaillais chez Ironhack, un bootcamp de code, design et data en tant que VP Operations & Expansion. Je manageais à distance les 9 villes où nous étions présents, en Europe, USA et Amérique Latine. Je passais donc mon temps à voyager, et quand je ne voyageais pas, j’enchainais les calls avec les General Managers des différents pays.

photo-1513530534585-c7b1394c6d51

Un jour en quittant une salle de réunion chez WeWork j’ai refermé mon ordi sur mes écouteurs et l’écran s’est cassé. J’ai essayé de réfléchir rapidement : il n’y avait pas d’autre ordinateurs disponible au bureau; je ne pouvais pas me permettre de laisser mon ordinateur plusieurs jours à un réparateur. Je suis donc allé à la Fnac juste à côté en acheter un nouveau. Pendant que le vendeur essayait de me vendre la suite office, l’assurance (300 euros, hors de prix) je me disais que j’achetais mon ordinateur pro exactement de la même manière que si j’étais en train d’acheter mon ordinateur perso.

Finalement en rentrant au bureau après avoir bien tout réinstaller sur mon ordi (heureusement beaucoup de choses sont sur Google Drive), je me suis posé 5 min et j’ai réfléchi. Ce qui se venait de se passer était super inefficace :

  • J’avais perdu 3h de travail
  • Pour aller racheter un ordinateur de remplacement: 1 500€
  • L'ordinateur a passé plusieurs mois dans un placard
  • Avant qu'un stagiaire perde 2 jours pour trouver un réparateur autre que l'Apple Store qui voulait nous facturer 600 euros

Je me suis alors rappelé que j’avais commencé plus d’un an auparavant pendant plusieurs mois avec mon ordi perso et que beaucoup d’employés que j’avais embauché n’avait pas eu d’ordi commandé le premier jour et à quel point cela créait une mauvaise culture. Et que ça donnait une mauvaise première image à l’onboarding alors qu’on avait parfois investi énormément pour recruter la bonne personne.

Je sentais qu’il y avait un problème non résolu. J’en ai tout de suite parlé à Sevan. On s’est connu chez Jumia en Afrique du Nord. Depuis on s’est toujours dit qu’on voulait monter une boite ensemble.

Sevan était General Manager de GoMore en France, et surfait sur la tendance du leasing (de véhicule) : pas d’investissement de base, des taux très bas, un service assurance/assistance inclus pendant toute la période (on en reparlera plus tard). Il a tout de suite adhéré: il connaissait les mêmes problèmes avec ses équipes.

On avait d’ailleurs connu les mêmes problèmes tous les deux avec nos équipes lorsque nous étions chez Jumia : ordinateurs lents ou cassés finissant dans des placard cimetières, pas d’inventaire du parc etc. Mais en Afrique du Nord il n’existait pas non plus de solution pour le bureau comme WeWork, pas de néobanque comme Qonto, ou d’assurance digitale comme Alan... tous ces services qu’on a adoré découvrir en rentrant en France comme dirigeants de start-up. Il manquait un service pour mieux gérer l’outil de travail de base de l’homme du 21ème siècle: l’ordinateur.

Alors on s’est dit qu’on allait proposer une solution qui permette aux entreprises d’être assurées que leurs ordinateurs fonctionne, d’être couvertes en cas de casse et de panne, d’avoir un ordinateur de remplacement immédiatement pour que l’employé ne perde pas de temps, et d’avoir une visibilité claire et pro sur ses dépenses et l’inventaire de son parc informatique.

Puis Sevan a proposé d’associer cette offre à de la location. Je vous disais qu’il surfait sur cette vague chez GoMore. Or un ordinateur n’a pas besoin d’être acheté pour une entreprise, il se renouvelle, et pas d’achat permet de lisser ses paiements et de préserver sa trésorerie pour sa croissance.

Voilà pourquoi on a lancé Fleet. Un service de location d’ordinateur avec garantie, assurance casse & vol, assistance, remplacement immédiat et plateforme de gestion.

Revenir au Blog